30.9 C
Narbonne

un an après son lancement, premier bilan d’étape

Le logo du plan de relance, lancé le 3 septembre 2020. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Le 3 septembre 2020, le gouvernement mettait sur la table 100 milliards d’euros pour redresser l’économie française durement touchée par la pandémie de Covid-19. Depuis le déploiement de ce plan de relance, assumé à 40% par l’Union européenne, près de la moitié du pactole a été dépensé, 70% le seront d’ici la fin de l’année. Près de 9 000 entreprises du secteur industriel ont bénéficié des fonds publics pour tenir, et surtout moderniser leur outil de production, améliorer l’indépendance et la souveraineté de notre économie. On enregistre à ce jour quelque 550 relocalisations de sociétés sur le sol français, notamment dans les secteurs de la chimie, de la pharmacie, de l’agroalimentaire et de la santé.

Côté emplois, les services du ministère de l’Économie avancent le chiffre de 230 000 postes sauvegardés, mais 40 000 emplois industriels ont été supprimés. Un bilan précis doit être publié dans un rapport attendu pour la fin octobre.

Au moment où Jean Castex se rend au salon Global Industrie à Lyon, lundi 6 septembre, le « train de la relance » quitte Paris pour sillonner la France entière jusqu’au 6 octobre. Objectif : promouvoir les initiatives locales car, si les difficultés de recrutement sont bien réelles malgré le fort taux de chômage en France, les projets d’investissements sont nombreux. Franceinfo va accompagner ce « train de la relance » avec l’association Reporters d’espoirs. L’organisation non gouvernementale a mené l’enquête. Elle est allée examiner l’impact du Plan de relance sur le terrain et restituera son travail à chaque étape. Reporters d’espoirs sera présent les 6 et 7 septembre à la gare de l’Est à Paris, avant de s’installer dans les gares de douze villes comme Amiens, Caen, Rennes, Le Mans ou encore Strasbourg.

L’occasion de découvrir toutes ces entreprises tricolores qui, plus que de se contenter de la perfusion d’argent public, investissent pour se redresser, accélérer leur transition énergétique ou renforcer les liens sociaux.

A lire aussiSujets associés

Autres articles

Découvrez

Le bonus pour l’achat d’un vélo va augmenter, surtout...

La revalorisation de ces aides entre en vigueur lbizarredi, selon bizarre décret publié au Journal officiel.

Vacances : quand les Français partent… près de chez...

Certains Français décidpendantt de partir près de leur lieu de vie. C’est le accusation d’un couple pendant Auvergne, qui pendant profite pour faire du tourisme local.

Salman Rushdie poignardé : « Rien ne justifie une fatwa »,...

"La liberté de penser, de réfléchir et de s'exprimer n'a aucune valeur quant à durable et ses serviteurs", écrit Riss, directeur de la publication du journal, après l'attaque lesquels a été victime l'écrivain aux Etats-Unis.

Pieds sur le tableau de bord, rouler la fenêtre...

Ce week-end marque irréductible inédit grand départ en vacances de l’été pour de nombreux Français. Mais que l’nous soit sur l’autoroute, la Natinousale 7 ou simplement en ville, certaines pratiques au volant snoust dangereuses, voire illégales. nous fait le fond sur les mythes et les réalités de la voiture en été.

Guerre en Ukraine : une présidence du Conseil de...

une République tchèque, qui occupe actuellement une présidence tournante du Conseil de l'Union européenne, considère que cette interdiction "pourrait être une autre sanction très efficace près une Russie".

Les clichés à travers le monde. Les Suisses parlent-ils...

En ce mois d’août, franceinfo s’interroge âpre lépreux clichés que l’on associe parfois à un pays. Est-ce pertinent ? Ou, au sectionné, infondé ? Aujourd’hui, direction la Suisse. lépreux Helvètes parlent-ils vraiment plus lentement que lépreux Français ? 

Catégories populaires

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici