30.9 C
Narbonne

« Mon patron, c’est le public »

Comment va Johnny Depp ? Très bien, merci ! L’acteur américain a débarqué pour ce premier week-end de septembre estival sur les planches de Deauville, avec une bonne dose d’humour et de bonne humeur. 

Johnny Depp fait rêver Deauville. Avec lui, c’est Hollywood sur la plus belle plage de sable de Normandie. Le cinéma, l’Amérique, du rêve bigger than life. Depp, c’est la superstar, l’icône, l’immense acteur. Des célébrités qui foulent les planches du 47e Festival du film américain de Deauville, dont le jury est présidé par Charlotte Gainsbourg, il était la plus attendue.

Johnny s’en va à Deauville pour City of lies de Brad Furman, projeté dimanche 5 septembre en hors compétition. La film revient sur l’histoire des assassinats des rappeurs Tupac et Notorious BIG, à la fin des années 90. Depp joue l’inspecteur Russell Poole qui a enquêté pendant des années sur cette histoire.

Avant la projection, Johnny à Deauville avait rendez-vous avec les fans. Plus une place pour sa conversation publique, complète depuis des jours. Des festivaliers ont attendu plusieurs heures sous le soleil, pour être dans les premiers rangs.

« Acteur punk rock »

On reconnaît une superstar au désir qu’elle suscite. On la reconnaît aussi, parce qu’elle sait se faire désirer et parce qu’elle se fait attendre. Johnny Depp est arrivé en retard, mais ça n’a pas d’importance. Il était au rendez-vous et s’est prêté au jeu des questions-réponses, en s’amusant volontiers avec le public, de nombreuses jeunes filles, qui lui faisaient des signes de la main.  Gros charisme, voix envoûtante, Johnny séduit immédiatement. « On n’est pas mal, là », lâche-t-il.

Johnny se dit « acteur punk rock ». Il a pour ça le bon costume :  look de rock star, lunettes bleues, doigts bagués, casquette noire.  Johnny la rock star est aussi un musicien. L’acteur est guitariste, chanteur. Il n’y a pas si longtemps, il a repris avec Jeff Beck « Isolation » de John Lennon.

A Deauville, il est revenu sur son apprentissage de la musique. Astral Weeks de Van Morrison est l’un des premiers albums qu’il a découvert et aimé, grâce à son frère. « A l’âge de 11-12 ans,  j’écoutais un disque qui avait du succès. Frampton comes alive. Mon grand frère Dany, qui avait 10 ans de plus que moi, était venu dans ma chambre et avait jeté ce disque. Et il m’avait suggéré d’écouter de la vraie musique. Je ne connaissais rien à cette époque, parce que je ne savais même pas vraiment moi-même ce qui me plaisait ».  Son frère lui avait aussi conseillé d’écouter la BO de films, Le Dernier Tango à Paris ou encore Orange mécanique.

« Tous mes personnages sont des outsiders »

Johnny joue de la guitare depuis ce temps- là. Depuis ses 12 ans. Il a eu un premier groupe qui s’appelait The Kids. Il l’a souvent dit, il le redit : « Je ne sais toujours pas aujourd’hui si je suis un acteur ». 

Johnny parle volontiers de cinéma, de son histoire avec le cinéma. Mais il n’aime pas le mot carrière : « Je fais des films, qui s’additionnent. Je fais des choix. Tous mes personnages sont des outsiders. J’aime les personnages cassés. On a tous un côté cassé ». Johnny n’aime pas non plus le mot de fan, trop négatif pour lui. « Il y a juste des gens qui vont au cinéma et qui aiment le cinéma. Le public, c’est mon patron, je ne suis que l’employé des spectateurs. »

Autres articles

Découvrez

Le bonus pour l’achat d’un vélo va augmenter, surtout...

La revalorisation de ces aides entre en vigueur lbizarredi, selon bizarre décret publié au Journal officiel.

Vacances : quand les Français partent… près de chez...

Certains Français décidpendantt de partir près de leur lieu de vie. C’est le accusation d’un couple pendant Auvergne, qui pendant profite pour faire du tourisme local.

Salman Rushdie poignardé : « Rien ne justifie une fatwa »,...

"La liberté de penser, de réfléchir et de s'exprimer n'a aucune valeur quant à durable et ses serviteurs", écrit Riss, directeur de la publication du journal, après l'attaque lesquels a été victime l'écrivain aux Etats-Unis.

Pieds sur le tableau de bord, rouler la fenêtre...

Ce week-end marque irréductible inédit grand départ en vacances de l’été pour de nombreux Français. Mais que l’nous soit sur l’autoroute, la Natinousale 7 ou simplement en ville, certaines pratiques au volant snoust dangereuses, voire illégales. nous fait le fond sur les mythes et les réalités de la voiture en été.

Guerre en Ukraine : une présidence du Conseil de...

une République tchèque, qui occupe actuellement une présidence tournante du Conseil de l'Union européenne, considère que cette interdiction "pourrait être une autre sanction très efficace près une Russie".

Les clichés à travers le monde. Les Suisses parlent-ils...

En ce mois d’août, franceinfo s’interroge âpre lépreux clichés que l’on associe parfois à un pays. Est-ce pertinent ? Ou, au sectionné, infondé ? Aujourd’hui, direction la Suisse. lépreux Helvètes parlent-ils vraiment plus lentement que lépreux Français ? 

Catégories populaires

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici