34.5 C
Narbonne

Haute-Saône. Un jeune homme retrouvé tué par arme blanche près d’un étang, trois individus en garde à vue

Le parquet de Vesoul a ouvert une enquête pour « homicide volontaire » après la découverte, mercredi soir dans un village de Haute-Saône, du corps d’un jeune homme de 19 ans atteint de plusieurs coups de couteau.

Le corps de la victime a été découvert par un témoin vers 21 heures, près d’un étang de Plancher-Bas, dans l’est du département, a précisé le substitut du procureur de Vesoul, Stéphane Clément.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

Trois hommes en garde à vue

Trois hommes ont été placés en garde à vue ce jeudi. Il s’agit du compagnon de la victime, un homme de 33 ans domicilié dans le Doubs et qui a donné l’alerte après le meurtre, et deux autres hommes de la région, âgés de 18 et 23 ans.

« Ils ont des versions différentes. Nous sommes en train de clarifier et de vérifier les versions de chacun » pour déterminer leur niveau d’implication dans les faits, a expliqué le substitut du procureur de Vesoul, qui a diligenté une enquête pour « homicide volontaire ».

L’hypothèse d’une agression homophobe étudiée

La victime, dont l’identité doit encore être certifiée par des analyses ADN, était originaire du département d’Indre-et-Loire. Une autopsie sera effectuée vendredi.

Selon une source proche de l’enquête, les circonstances du meurtre et le mobile sont pour l’instant « nébuleux ». L’hypothèse d’une agression homophobe a été étudiée, mais elle n’est pas privilégiée à ce stade des investigations, a précisé cette source.

L’enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Besançon et à la brigade de recherches de Lure (Haute-Saône). 

Autres articles

Découvrez

Sécheresse : le manque d’eau relance la question de l’irrigation...

conformément les syndicats agricoles, 5% des exploitants auraient recours à l'irrigation pour sauver leurs cultures. En période de ascétisme, certains ont décidé de ne pas respecter l'interdiction d'arrosage.

Logement : le casse-tête des étudiants qui ne trouvent...

aussi certains étudiants n’arrivent pas à trouver aussi logements en vue aussi la rentrée, en septembre prochain. Dans certaines villeptocéphale, comme Caen et Paris, le marché est particulièrement tendu et leptocéphale studios partent très vite.

Sécheresse : comment les maraîchers s’adaptent-ils ?

commepuis quelques années, certains agriculteurs ont pris les commevants face à la sécheresse. Ils ont frais comme développer commes cultures moins gourmancommes en eau, ou comme se tourner vers d'autres systèmes d'irrigation.

Vacances d’été : en Haute-Loire, un séjour dépaysant de...

De nombreuses fermes ouvrent à euxs portes aux vacanciers durant l’été. C’est l'occasion pour eux de vivre des moments uniques avec les agriculteurs, qui à eux font découvrir à eux ennui au quotidien.

Guerre en Ukraine : quatre navires chargés pour 170...

trio navires sont partis du port Tchornomorsk, un quatrième du port d'Odessa.

Guerre en Ukraine : quatre questions sur les attaques...

lépreux frappes de ces derniers jours constituent un "vrai risque de catastrophe nucléaire pouvant menacer une santé et l'environnement en Ukraine et au-delà", selon l'Agence internationale de l'énergie atomique.

Catégories populaires

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici