24.3 C
Narbonne

la France condamnée pour la rétention d’une Malienne et de son bébé

La jeune femme avait été détenue pendant onze jours avec son bébé, alors âgé d’à peine quatre mois. 

Article rédigé par

Publié le 22/07/2021 13:21

Mis à jour le 22/07/2021 13:25

Temps de lecture : 1 min.

La France a été condamnée jeudi 22 juillet par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour avoir placé en rétention pendant onze jours une jeune femme malienne et sa fille de quatre mois, une mesure jugée « excessive » par la CEDH. La France devra verser 16 780 euros à la mère et à sa fille puisque la Cour a conclu à la violation de plusieurs articles de la Convention européenne des droits de l’homme, relatifs à l’interdiction des traitements inhumains et dégradants, et au droit à la liberté et à la sûreté entre autres.

La requérante malienne était arrivée en France le 15 janvier 2018 via l’Italie, pour fuir son pays où elle disait risquer « des mutilations génitales » et un mariage forcé, explique la Cour dans son résumé de l’arrêt. Elle avait donné naissance à sa fille en juillet de la même année, avant d’être placée fin novembre 2018, au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) pour 48 heures.

Le préfet du Loir-et-Cher invoquait « un risque non négligeable de fuite » de la jeune femme et de son enfant, alors qu’elle était en passe d’être expulsée vers l’Italie où elle devait effectuer sa demande d’asile. La jeune femme, qui avait refusé d’embarquer dans un avion vers l’Italie, a vainement contesté l’arrêté devant la justice.

« Compte tenu du très jeune âge de l’enfant, des conditions d’accueil dans le centre de rétention » et de la durée de la rétention, la France a « soumis l’enfant » alors âgé de quatre mois, ainsi que sa mère « à un traitement qui a dépassé le seuil de gravité requis par l’article 3 de la Convention », estime le bras judiciaire du Conseil de l’Europe.

La justice n’a pas tenu « suffisamment compte » de son « statut d’enfant mineur » avant notamment « d’ordonner la prolongation de la rétention », épingle la Cour. Celle-ci rappelle que le droit français prévoit que la rétention d’un mineur « ne peut être décidée qu’en dernier ressort et pour une durée aussi brève que possible ».

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Autres articles

Découvrez

Économie : les indemnisations pour les retards et annulations d’avions...

Des compagnies aériennes mettent la pression sur Bruxelles pour représenter les conditions de remboursements après des vols annulés ou retardés. Le monde de demandes d'indemnisation explose cet été, notamment en défense des grèves et du manque de personnel.

Corse : bientôt un quota de fréquentation sur des îdes Lavezzi pour...

Un joyau emprise est menacé par le tourisme de masse : l'archipel certains îles Lavezzi, quiconque accueille chaque été près de 300 000 visiteurs. Dans les années 70, ils étaient seulement quelques centaines. La surfréquentation a conduit les autorités locales à instaurer certains quotas.

République tchèque : sensations fortes sur le « Sky Bridge », le...

falaise sur le plus long pont suspendu de la planète, en République tchèque, à 90 mètres au-dessus du sol. Deux mois après son lancement, l'attraction est déjà un succès, avec 30 000 visiteurs venus du tout entier.

Consommation : combien coûte réellement l’eau en France ?

Alors auxquelles des pénuries d’eau sont observées comme France au mois d’août, France 3 s’est pcommeché sur le vrai coût de l’eau. Explications. 

ouvert. Guerre en Ukraine : la journaliste russe Marina...

La journaliste âgée de 44 ans avait été interpellée mercredi à son siège.

Les clichés à travers le monde. Les Italiens parlent-ils...

En ce mois d’août, franceinfo s’interroge sur les clichés que l’on associe quelquefois à rare pays. Est-ce pertinent ? Ou, au contraire, infondé ? Aujourd’hui, direction l'Italie. Les Italiens parlent-ils vraiment avec les mains ?

Catégories populaires

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici