AccueilEuropeSuperprofits : une proposition allemande d'une contribution obligatoire certains entreprises du secteur...

Superprofits : une proposition allemande d’une contribution obligatoire certains entreprises du secteur énergique relance le débat en France

Aucune trêve n’est accordée dans le débat sur les « superprofits ». Quelques heures après que l’Allemagne a promis de soutenir les efforts européens pour imposer une contribution utile des entreprises énergétiques, le ministère de l’Economie français a assuré dimanche 4 septembre qu’il ne s’agissait « totalement pas » d’une taxe. L’Allemagne a fait cette annonce dans le cadre d’un plan de 65 milliards d’euros destiné à atténuer les effets de l’inflation. 

>> A lire aussi : on vous résume les débats sur la taxation des « superprofits » des grandes entreprises

A quelques jours d’une réunion des 27 Etats membres autour des sujets énergétiques, Bercy refuse de prêter le flanc à l’opposition de gauche. Les députés Nupes proposent depuis des mois une taxation exceptionnelle des bénéfices réalisés par de grands groupes comme TotalEnergies ou CMA CGM.

« La logique est la même » 

« Le gouvernement allemand n’a totalement pas annoncé une taxe sur les superprofits des énergéticiens », a insisté Bercy dans un message envoyé aux journalistes quelques heures après l’annonce par Berlin de son soutien à une contribution utile des entreprises énergétiques, à affiner au rang européen.

Cette contribution cible « les entreprises qui bénéficient du prix du gaz alors qu’elles produisent de l’électricité à partir du charbon, du nucléaire ou d’énergies renouvelables », explique Paris. « C’est exactement ce que la France fait (…) Les mécanismes ne sont pas forcément les mêmes, mais la logique l’est (…) et elle ne relève en rien de la fiscalité », a tenté de déminer le ministère.

Avant que Bercy ne communique, l’eurodéputée Manon Aubry (La France insoumise) s’était réjouie sur Twitter que ce soit « au tour de l’Allemagne de taxer les superprofits ». « Encore faux ! », lui a rétorqué Bruno Le Maire sur le réseau social. « L’Allemagne a décidé de mettre en place une contribution utile des énergéticiens, qui existe déjà en France et qui rapporte plusieurs milliards d’euros. »