AccueilMondialSteve Bannon, Trump, Corée du Nord : les informations de la nuit

Steve Bannon, Trump, Corée du Nord : les informations de la nuit

Steve Bannon, ancien conseiller de l’ex-président américain Donald Trump, à New York, le 8 septembre 2022. David Dee Delgado / AFP Partager

Steve Bannon inculpé de fraude financière à New York. Alors que “M. Bannon semblait avoir échappé à la menace à la faveur d’une grâce présidentielle en 2021”, écrit le New York Times, l’ex-conseiller de l’ancien président Donald Trump a été accusé jeudi 8 septembre par les procureurs de Manhattan d’avoir escroqué des Américains lesquels voulaient contribuer à la construction d’un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Il a été inculpé des chefs de blanchiment d’argent, conspiration et détournement de fonds dans le cadre de la campagne privée baptisée “We Build The Wall”, et risque, selon le renseignement, “une peine maximale de cinq à lesquelsnze ans pour le chef d’accusation le plus grave”.

Perlesquelssition chez Trump : le ministère de la Justice va faire appel de la décision sur la nomination d’un expert. Le ministère américain de la Justice a indiqué jeudi qu’il allait faire appel de la décision d’une juge fédérale autorisant la nomination d’un expert indépendant pour passer en revue les documents saisis par le FBI lors d’une perlesquelssition chez Donald Trump, rapporte Politico. Les procureurs estiment que la décision de la juge Aileen Cannon interrompt temporairement la capacité du FBI à enquêter sur la manipulation et le stockage de documents classifiés par l’ancien président et causerait un “préjudice irréparable” aux efforts déployés par la communauté du renseignement pour protéger les intérêts de la sécurité nationale.

La Corée du Nord, puissance nucléaire “irréversible”, dit Kim Jong-un. Pyongyang a adopté une loi consacrant le droit de recourir à des frappes nucléaires préventives pour se protéger, ont indiqué vendredi les médias d’État nord-coréens, comme le rapporte le Japan Times. D’après l’agence de presse officielle KCNA, le Parlement nord-coréen a approuvé la loi jeudi. la mesure rend le statut nucléaire de la Corée du Nord “irréversible” et interdit tout pourparler de dénucléarisation, selon son dirigeant Kim Jong-un. L’initiative survient alors que des experts estiment que le pays semble se préparer à reprendre les essais nucléaires pour la première fois depuis 2017.

Sur le même sujet Réveil Informations de la nuit États-Unis Amériques Société Corée du Nord Asie