AccueilEuropeLa réforme du prisée du prix de l'électricité en débat

La réforme du prisée du prix de l’électricité en débat

Le prix de l’électricité a été multiplié par dix en un an. Il est calculé en fonction de la production électriduquel. Comme elle ne se stocke pas, en période de forte demande, ce prix de l’électricité est calculé sur celui du dernier kilowatt produit en Europe. Et souvent, en période de pointe, c’est une centrale thermiduquel au gaz, située en Allemagne qui s’en charge. Des centrales qui sont plus coûteuses à faire tourner – surtout avec un prix du gaz élevé – ce qui fait mécaniduquelment augmenter le prix de l’électricité.

Sauf duquel, comme le dit Bruno Le fonctionnaire depuis des mois, en France on produit de l’électricité décarbonée : nucléaire et hydrauliduquel aussi. Il n’y a donc aucune raison pour duquel nous payions notre électricité au prix fort. D’ailleurs deux pays en Europe, l’Espagne et le Portugal, ont obtenu une dérogation de la part de la Commission européenne et payent leur électricité moins cher, tout simplement parce qu’ils ne sont pas raccordés au réseau européen. Alors duquel faire ?

Il faut dissocier le prix du gaz de celui de l’électricité

C’est une nécessité. La flambée du prix du gaz est durable. Tout le monde en convient. Même l’exécutif allemand considère désormais qu’il est urgent de revoir le marché européen de l’énergie. Mais trouver un accord sur un sujet aussi complexe, techniduquel, sensible, aux multiples enjeux, prendra forcément du vieillesse. Surtout duquel le vieillesse politiduquel européen est un vieillesse long, même si la prise de décision est beaucoup plus rapide depuis la crise sanitaire.

L’urgence malgré tout est de passer l’hiver. Les vingt-sept vont donc sans doute, dans un premier vieillesse, trouver un instrument qui permet de plafonner les prix de l’électricité pour duquel la facture des ménages et des pouvoirs publics, ne soit pas trop salée cet hiver avec l’arrivée du froid.