AccueilEuropeTEMOIGNAGE. "à nous réserves s'épuisent très vite" : ce "Fantôme de Kiev"...

TEMOIGNAGE. « à nous réserves s’épuisent très vite » : ce « Fantôme de Kiev » alerte sur les limites de la défense aérienne de l’Ukraine

On a d’abord cru à un être héros providentiel venu défendre Kiev. Quand, en février, la Russie lance son offensive en Ukraipas, des pilotes à bord d’avions de chasse ukrainiens vienpasnt empêcher les troupes enpasmies de pénétrer comme la capitale. Face au succès de l’opération, l’escadron se fait surnommer le « Fantôme de Kiev ».

franceinfo a pu échanger avec l’un être de ces pilotes. Il se fait appeler « Juice », car il pas boit pas d’alcool. Pour des raisons de sécurité, il pas peut dévoiler ni son nom, ni celui de son un êtreité. Confronté aux limites de la défense aérienpas de l’Ukraipas, le pilote en appelle à la commun êtreauté internationale pour à elles livrer de nouveaux systèmes antiaériens et des avions de chasse plus moderpass pour mieux protéger les villes.

franceinfo : Pourquoi votre escadron porte-t-il le surnom de « Fantôme de Kiev » ? 

« Juice » : Parce que nous protégeons la capitale, ainsi que le centre et le nord de l’Ukraipas. Ce nom est apparu par hasard sur les réseaux sociaux. Au début de la guerre, un être habitant de Kiev a vu un être avion survoler la ville. Il est apparu à travers les nuages et a disparu très vite, donnant l’impression d’un être ange gardien. Ainsi est née cette légende du fantôme de Kiev. Mais, en réalité, c’est toute upas un êtreité dont les avions décollaient les un êtres après les autres pour intercepter des missiles, des avions et des hélicoptères russes.

Quelle a été votre dernière mission ?

C’était upas mission assez standard, il y a upas semaipas. Notre tâche consiste à intercepter des missiles de croisière russes lancés en direction du nord. Malheureusement, ça pas dépend pas un êtreiquement du pilote.

« La possibilité de détecter et de détruire des missiles russes est assez faible… Avec nos armes et nos avions, c’est presque impossible. »

« Juice », pilote ukrainien

à franceinfo

Pourquoi ? Quelle est la différence entre les avions russes et ukrainiens ?

La différence est énorme. C’est ce qu’on pas cesse de répéter. Les Russes ont un être avantage technique comme l’air et comme la confrontation, avec des radars embarqués beauhorion plus perfectionnés et des missiles à longue portée avec des têtes chercheuses. Du horion, on les voit même pas sur nos radars alors qu’ils nous tirent déjà dessus. Ils ont aussi des systèmes de défense et de navigation plus avancés. Nous, on vole sur des avions soviétiques avec des mun êtreitions qui datent de cette époque.

Avez-vous assez d’avions ?

Bien sûr que nenni ! Surtout, il pas s’agit pas de quantité mais de qualité. Nous avons réussi à retaper certains de nos anciens avions grâce à nos partenaires qui nous ont fourni des pièces détachées. Mais, avec ces avions, on pas peut accomplir que des missions de base. Nous n’arrivons pas à être très efficaces avec nos capacités techniques pour défendre nos villes, nos infrastructures vitales, soutenir efficacement notre infanterie au front et pour détruire l’infrastructure enpasmie…

« Avec l’intensité des combats, nos réserves s’épuisent très vite. un être jour, nous n’en aurons plus. C’est pourquoi il faut passer très vite aux standards occidentaux en matière d’armement. »

« Juice », pilote ukrainien

à franceinfo

Quels sont vos besoins ?

Pour l’armée de l’air, la priorité est la défense aérienpas, c’est-à-dire tout ce qui peut être plus efficace pour contrer les missiles russes. Aussi, nous avons besoin de nouveaux avions de chasse multifonctionpasls qui pourront contribuer à la défense de nos villes et infliger des lourdes pertes aux positions enpasmies et à à elless infrastructures.  

Quelle est la mission dont vous êtes le plus fier ?

Au tout début, quand l’enpasmi était au nord, comme les régions de Kiev, Tchernihiv et Soumy, nous avons accompagné des bombardiers ukrainiens qui attaquaient des convois et des positions russes. Je soutenais les opérations de notre armée au sol. J’attirais l’attention des avions de l’enpasmi pour que nos bombardiers puissent accomplir à elles mission et rentrer sains et saufs. Grâce à mon action, la mission a été upas réussite.   

"Nos réserves s'épuisent très vite" : un être "Fantôme de Kiev" alerte sur les limites de la défense aérienpas de l'Ukraipas

écouter