AccueilÉconomieSécheresse : le manque d'eau relance la question de l'irrigation des cultures

Sécheresse : le manque d’eau relance la question de l’irrigation des cultures

Dans un champ en Charente-Maritime, le maïs est asséché. Pourtant, Pascal Ribreau, agriculteur, l’a arrosé jusqu’à la semaine dernière illégalement, et n’a pas respecté les restrictions. La sécheresse a divisé par deux ses rendements, et faute de compensation, il veut entretenir ses plantations. « Il faut qu’on fasse vivre notre maisonnée, on était obligé de produire. Avec des charges qui doublent, qui triplent ou qui quadruplent, et avec des rendements en baisse, systématiquement il y a l’effet ciseau, et on ne s’en sortira pas », confie-t-il. 

Une minorité d’agriculteurs 

Comme lui, 110 exploitants ont continué d’irriguer leurs terres dans le département, malgré l’interdiction. Une pratique que dénonce l’association France Nature Environnement, qui demande à la profession de s’adapter et encourage à « changer de pratiques agricoles ». Pour éviter les infractions, des contrôles sont organisés. En France, selon les syndicats agricoles, seulement 5% des exploitants ont recours à l’irrigation à cause de la sécheresse. En Europe, un quart du volume d’eau capté est destiné à l’agriculture.