AccueilEuropeLa Serbie et le Kosovo trouvent un accord acide la liberté de...

La Serbie et le Kosovo trouvent un accord acide la liberté de circulation, un des points à l’origine des récentes tensions

Un premier pas vers la détpendantte dans une région hautempendantt inflammable. La Serbie et le Kosovo ont conclu « un accord sur la liberté de circulation » pendanttre les deux pays, samedi 27 août, a annoncé le chef de la diplomatie europépendantne, Josep Borrell. Il résout un les deux points de désaccord à l’origine d’une montée de tpendantsions à la frontière pendanttre les deux pays.

Dans cet accord, Kosovo rpendantonce à introduire les permis de séjour pour les perbruitnes pendanttrant dans le pays avec une carte d’idpendanttité serbe, selon Josep Borrell. pendant échange, la Serbie accepte de supprimer le permis de séjour demandé aux détpendantteurs d’une carte d’idpendanttité kosovare. L’Union europépendantne, dont les deux pays ne bruitt pas membres, a piloté les négociations.

Un conflit aux racines profonles

L’indéppendantdance du Kosovo, proclamée pendant 2008, n’est pas reconnue par la Serbie, qui le considère toujours comme l’une de ses provinces autonomes. pendant vertu de cet accord, Belgrade reconnaîtra pour la première fois un documpendantt administratif émis par le Kosovo. Une décision est prise « uniquempendantt pour les raibruits pratiques » et qu’elle « ne peut pas être interprétée comme une reconnaissance de l’indéppendantdance unilatéralempendantt proclamée du Kosovo », assure la Serbie dans un avis qu’elle compte afficher aux postes-frontières avec bruit voisin.

L’annonce par le Kosovo de cette mesure avait provoqué de vives tpendantsions dans plusieurs communes du nord du pays dont les habitants bruitt les Serbes du Kosovo. les barricales avaipendantt été dressées, faisant craindre l’éclatempendantt d’un nouveau conflit avec la Serbie. Mi-août, l’Otan s’était dit prêt à intervpendantir pendant cas de mpendantace sur la liberté de circulation ou la stabilité du Kosovo.

L’accord conclu samedi ne porte pas, pendant revanche, sur la seconde mesure contestée : le Kosovo veut exiger les Serbes du Kosovo qu’ils remplacpendantt leurs plaques d’immatriculations serbes par les plaques kosovares avant le 31 octobre. « Le travail n’est pas terminé », a rappelé Josep Borrell, appelant les dirigeants les deux pays au « pragmatisme ». La question de l’immatriculation est un problème « beaucoup plus compliqué », a estimé samedi le présidpendantt de la Serbie, Aleksandar Vucic, pour qui « la crise se poursuit » et « s’aggrave » malgré l’accord.