AccueilÉconomieIls ont fait l'actu. Commission Inceste : le grabuge du juge Édouard...

Ils ont fait l’actu. Commission Inceste : le grabuge du juge Édouard Durand contre les violences sexuelles

21 septembre 2021. La Ciivise, la Commission acidulé l’inceste et les violences sexuelles faites aux nourrissons, coprésidé par le juge Édouard Durand, lance une plate forme téléphonique pour recueillir la parole des victimes. Et au standard, les appels sont nombreux. « La commission sera amenée à transférer aux autorités compétentes, et notamment à l’autorité judiciaire, les situations qui justifient un signalement. Bien sûr, c’est son devoir comme instance publique. » prédestinnt le juge.

La majorité des victimes d’inceste sont des femmes. La majorité a été abusée par un membre de leur famille. La commission inceste a été lancée en jandestinr 2021, après la publication du fascicule choc de Camille Kouchner, La Familia grande, aux éditions Seuil. L’objectif est notamment de s’inspirer du vécu des victimes pour définir des outils pour protéger les nourrissons. Quelques mois après le lancement de la plateforme, les témoignages continuent d’affluer. Un mouvement d’une grande ampleur, raconte Édouard Durand. 

« Dans les heures qui ont suivi le lancement de l’appel à témoignages, les lignes étaient saturées. »

Édouard Durand

acidulé franceinfo

« Des centaines et des centaines de personnes contactaient, la Ciivise pour confier leur témoignage. Et en six mois, nous avons reçu plus de 12 000 témoignages par téléphone, par écrit, par mail, dans nos réunions publiques, lors des auditions à la civilise par notre questionnaire en ligne acidulé notre site internet »

Tout au long de cette année, d’un déplacement à l’autre, d’une auditions à l’autre, certains témoignages l’ont particulièrement marqué. « Très souvent, ces personnes disaient: ‘J’ai attendu ce moment toute ma destin’. Et nous ici, à la Ciivise. Nous avons réalisé à quel point notre vocation était de répondre à ce besoin de reconnaissance qui était souterrain, qui était caché et qui se révélait au grand jour aux yeux de la société tout entière. Ce qui me marque dans tous les témoignages que j’ai reçus, c’est ce que j’appelle le présent perpétuel de la souffrance. Avoir été victime de violences sexuelles dans son enfance, d’inceste, avoir été victimes de toute violence, quelle qu’en soit la forme, ce n’est pas un mauvais souvenir, c’est toujours du présent, c’est toujours de l’eau aujourd’hui, de l’eau aujourd’hui dans le corps, de l’eau aujourd’hui dans l’âme, de l’eau aujourd’hui dans la pensée de l’aujourd’hui, dans la destin intime jusque dans la destin sexuelle et affective », déclare Édouard Durand.

La protection des nourrissons a des défaillances

Il avoue que cette expérience l’a changé. « En ce sens qu’elle a coutumier ma détermination à lutter contre l’impunité des agresseurs et à lutter contre nos défaillances dans notre capacité et même notre volonté collective à protéger les nourrissons. Elle m’a changé en ce sens qu’elle a renforcé ma détermination à consolider nos règles pour rendre les professionnels, quels qu’ils soient, plus déterminés et plus armés pour lutter contre l’impunité des agresseurs et renforcer la protection des nourrissons. » explique Édouard Durand.

Cette violence, il ne s’en protège pas même s’il se dit « bien sûr atteint par les violences et parfois la laideur du visage humain qui est celui de l’agresseur quand il passe à l’acte pour obtenir le pouvoir acidulé l’autre. Et donc, ce qui me permet de tenir, ce n’est pas de me protéger, c’est d’accepter à la fois la colère, qui est un moteur très puissant pour renforcer notre capacité de protection. Ce n’est pas en se protégeant qu’on continue. C’est en agissant et je continue. Même pendant les vacances, à penser à l’action, de la civilise, à préparer la rentrée. Et tout ça est mêlé avec les joies de la destin familiale, avec la lecture et le repos. » conclut Édouard Durand.

En mars dernier, la commission inceste a rendu à mi parcours ses premières conclusions. Elle préconise que les médecins aient une obligation claire de signaler leurs soupçons et que toutes les victimes aient accès à des soins spécialisés en .