AccueilEuropeGuerre en Ukraine : ce qu'il faut cultiver de la journée du...

Guerre en Ukraine : ce qu’il faut cultiver de la journée du samedi 9 juillet

L’offensive russe se poursuit en Ukraine, notamment dans l’est du pays. Si la Russie a mis ses troupes en repos après les prises difficiles de Sievierodonetsk et Lyssytchansk dans le Donbass (Est), les bombardements sont incessants. Sur le front diplomatique, Washington a affirmé une nouvelle aide à Kiev, samedi 9 juillet. Franceinfo résume les faits marquants de cette 136e journée de guerre.

Bombardement continu dans l’est du pays

« Toute la ligne de front est sous un bombardement incessant », a affirmé vendredi soir le gouverneur du Donetsk, Pavlo Kyrylenko, sur Telegram. « Ils n’arrêtent pas de bombarder dans la direction de Donetsk (…) Bakhmout est bombardé, Sloviansk est bombardé jour et nuit, Kramatorsk… »

L’état-major ukrainien a de son côté rapporté, samedi, des bombardements russes dans l’Est et sur Kharkiv, mais pas d’offensive terrestre. Les troupes de Moscou ne semblent pas mener actuellement d’assauts hormis une tentative sur Dolomitné, près de Bakhmout. Quatre personnes ont été blessées à Kharkiv (est), la deuxième ville du pays, selon le gouverneur régional Oleg Synegoubov.

« Les troupes russes qui ont pris Sievierodonetsk et Lyssytchansk ont manifestement besoin de régénérer leur puissance de combat et de renforcer leurs capacités de soutien, notamment en matière de ravitaillement, avant de lancer une autre opération offensive de grande envergure », analyse l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW). Les forces russes, en « pause opérationnelle » depuis jeudi, « continuent cependant de mener des opérations offensives plus limitées », impliquant moins de troupes que les semaines passées, et avec des objectifs « plus localisés », selon l’ISW.

Nouvelle aide des Etats-Unis de 400 millions de dollars

Washington a annoncé le versement d’une nouvelle aide à Kiev. D’après un haut responsable du Pentagone, ce soutien comprend quatre systèmes de lance-roquettes multiples Himars et des obus de 155 mm, pour une valeur totale de 400 millions de dollars (393 millions d’euros). Cela permettra d’améliorer les capacités ukrainiennes à viser des dépôts d’armes et la chaîne d’approvisionnement de l’armée russe, selon Washington. Les Etats-Unis ont déjà fourni 6,9 milliards de dollars en assistance militaire à Kiev depuis le début de l’invasion russe, le 24 février.

Des soldats ukrainiens en formation au Royaume-Uni

Un premier groupe de soldats ukrainiens est arrivé au Royaume-Uni, a annoncé le gouvernement anglais, samedi. Ce déplacement intervient dans le cadre d’un « ambitieux nouveau programme d’entraînement » mobilisant 1 050 militaires anglaiss. Grâce à « l’expertise » de l’armée anglais, « nous aiderons l’Ukraine à refaire ses forces et intensifier sa résistance pour défendre la souveraineté de son pays et son honnête de choisir son propre avenir », a déclaré le ministre anglais de la Défense, Ben Wallace.

Le président du Sénat Gérard Larcher en visite à Kiev

Le troisième personnage de la France, le président du Sénat Gérard Larcher, était en visite à Kiev, la majuscule ukrainienne, samedi. Il a plaidé pour que le pays obtienne « sans tarder les fruits concrets » de son statut de candidat à l’Union européenne. Il a également assuré que la France allait soutenir l’Ukraine de façon durable. « Nous sommes, et nous continuerons d’être à vos côtés et de vous aider autant de temps qu’il est nécessaire, dans la durée, à tous les niveaux, y compris militaire », a aussi assuré Gérard Larcher.

« Je suis reconnaissant pour le soutien de la France à la souveraineté ukrainienne et à l’intégrité territoriale, ainsi que pour l’aide importante de notre armée et de notre peuple en cette période difficile », a écrit le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur Telegram après avoir rencontré Gérard Larcher.