AccueilDernière heuremais pourquoi les virus mutent-ils ?

mais pourquoi les virus mutent-ils ?

L’apparition d’un individu mutant peut sembler anormale, ou exceptionnelle. Pourtant, ce phénomène est relativement banal dans le monde du vivant.

« Une mutation peut être provoquée par certains agents chimiques ou physiques (les “mutagènes”), mais des mutations peuvent aussi survenir de manière spontanée, lors du processus qui permet à une cellule de se multiplier », explique sur son site internet l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Afin de se reproduire, toute cellule doit reproduire son code génétique, l’ADN. Mais ce processus peut produire des erreurs. La cellule fille hérite alors d’un matériel génétique avec quelques différences. Ce sont les mutations.

Des virus plus concernés que d’autres

Les virus n’échappent pas à ce phénomène. Un virus doit lui aussi répliquer son code génétique pour se multiplier.

Les mutations sont même plus fréquentes chez certains virus, qui emploient de l’ARN au lieu de l’ADN pour porter leur patrimoine génétique.

« Dans ce cas, le système de correction des erreurs est moins performant, et la survenue de mutations est donc plus fréquente », poursuit l’Inserm.

Mutations et évolution

Ces mutations sont-elles nécessairement un problème ? « La plupart de ces mutations sont “neutres” : elles ne changent rien, ou rien de bien crucial », note l’institut.

D’autres mutations sont dites « délétères » : elles nuisent au fonctionnement du virus, et réduisent ses chances de se diffuser à son tour. Au contraire, une mutation « favorable » facilitera la reproduction du virus, et avec elle la diffusion de la mutation.

Ainsi, les règles de la sélection naturelle et de l’évolution permettent à certaines mutations de prospérer, alors que d’autres disparaissent ou restent simplement inaperçues.

Sida et Covid-19

Dans le cas du SARS-CoV-2, virus responsable du Covid-19, certaines mutations ont donné naissance à ce qu’on a baptisé les “variants”.

Le variant Delta, par exemple, s’est vraisemblablement imposé en France grâce à sa contagiosité plus élevée. Il s’agit d’une mutation favorable.

Il faut cependant noter que le SARS-CoV-2 est loin d’être le virus le plus susceptible d’évoluer. Par exemple, le VIH, responsable du Sida, se distingue par un nombre extrêmement élevé de mutations.

« À côté des mutations du VIH, les quelques variants du SARS-CoV-2, c’est de la rigolade ! », résume le professeur Mosef Benkirane, directeur de recherche à l’Institut de génétique humaine de Montpellier, interrogé par le site internet Futura Sciences.

C’est l’une des raisons qui ont rendu si difficile, et jusque-là infructueux, le développement d’un vaccin contre le Sida.