AccueilÉconomieRéparties de campagne. Le jour où Jacques Delors a renoncé à la...

Réparties de campagne. Le jour où Jacques Delors a renoncé à la présidentielle de 1995

Jacques Delors invité d’Anne Sinclair, le 11 décembre 1994 à 7 sur 7.  (PATRICK KOVARIK / AFP)

Être candidat ou ne pas être candidat ? Jacques Delors s’est longtemps posé la question et avec lui, une bonne partie des électeurs de gauche. Le 11 décembre 1994, il décide de participer à la grande émission politique télé de l’époque, 7 sur 7 d’Anne Sinclair. Depuis plusieurs mois, le président de la Commission européenne entretient le suspense sur une éventuelle candidature à gauche.

Est-ce que vous êtes oui ou non candidat à l’élection présidentielle ? lui demande la journaliste, d’une voix solennelle. Visage serré, Jacques Delors répond : « Par exception, je vais lire. J’ai décidé de ne pas être candidat à la présidence de la République. Ce n’est pas une décision qui fut facile à prendre ».

Une décision qu’Anne Sinclair a elle-même apprise quelques minutes avant le début de l’émission, ce qu’elle nous raconte aujourd’hui. « Il arrive directement au maquillage, il fait sortir tout le monde, les dirigeants de TF1 y compris. Et il me dit ‘je n’y vais pas’. À ce moment-là, j’accuse le coup comme citoyenne parce que je souhaitais sa candidature ».

La célèbre présentatrice s’inquiète également pour le déroulé de son émission qui dure une heure chaque dimanche. « On ne peut pas commencer comme ça,  je rends l’antenne à 19h05 et il n’y a plus personne ! », lui dit-elle. « Je veux faire une analyse de la société française », lui répond Jacques Delors, énigmatique.

L’émission commence. Et la célèbre journaliste est alors prise d’un sérieux doute. Face à elle, Jacques Delors déroule un discours de candidat à la présidentielle. « Son analyse de la société était telle qu’elle induisait qu’il fallait qu’il y aille. Tout au long de cette première demi-heure, je passais mon temps à me dire : mais tu as mal entendu, en fait il y va ! »

Pas d’erreur, Jacques Delors ne sera pas candidat à la présidentielle de 1995. Le lendemain matin, Anne Sinclair discute avec lui. « Il était pressé de toutes parts. Je ne peux pas mesurer s’il a regretté ou pas sa décision. Quand on s’est parlé au téléphone, je lui ai dit qu’il avait fait près de 13 millions de téléspectateurs. Et là, il y a eu un silence et il a répondu « Ah quand même. »

C’est finalement Lionel Jospin qui se présentera à l’élection présidentielle sous la bannière du Parti socialiste.  

A lire aussiSujets associés