AccueilEuropel'Union européenne exhorte les Etats membres à accepter des réfugiés afghans

l’Union européenne exhorte les Etats membres à accepter des réfugiés afghans

Les Etats membres qui accueilleront des réfugiés afghans pourraient recevoir une aide financière de la Commission européenne, a assuré samedi Ursula von der Leyen.

Article rédigé par

Publié le 21/08/2021 16:54

Mis à jour le 21/08/2021 16:55

Temps de lecture : 1 min.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a exhorté samedi 21 août tous les pays, en premier lieu les pays européens, à accueillir une partie des réfugiés afghans exfiltrés de Kaboul. En visite dans un centre d’accueil en Espagne, destiné aux employés afghans de l’UE rapatriés de Kaboul, elle a assuré les Etats membres du soutien financier de l’Europe en cas d’accueil de réfugiés.

« J’appelle tous les Etats qui ont participé aux missions en Afghanistan, les Européens et les autres, à accorder des quotas d’accueil suffisants (…) pour que collectivement, nous puissions venir en aide à ceux qui ont besoin de protection », a déclaré Ursula von der Leyen au terme de sa visite. « La Commission est prête à envisager les moyens budgétaires nécessaires pour soutenir les Etats membres de l’UE qui se proposeront pour aider des réfugiés à s’installer sur leur territoire », a-t-elle poursuivi lors d’une conférence de presse sur la base militaire de Torrejón de Ardoz, au nord-est de Madrid, où le centre d’accueil a été installé.

Accompagnés du Premier ministre espagnol Pedro Sánchez, Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen, Charles Michel, ont auparavant visité les installations mises à la disposition des réfugiés au sein de ce centre d’accueil. L’ensemble des personnels afghans qui travaillaient à Kaboul pour les institutions de l’UE et leurs familles doivent transiter par ce centre espagnol, avant de connaître leur pays d’accueil pour y refaire leur vie.

Interrogée sur les relations entre l’Union européenne et les talibans, la présidente de la Commission européenne a, par ailleurs, insisté sur le fait que, s’il y avait bien « des contacts opérationnels » avec eux sur le terrain pour « sauver des vies », il n’y avait « aucun dialogue politique » avec les combattants islamistes et donc « aucune reconnaissance des talibans ».

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien