AccueilÉconomiela France maintient son niveau, une bonne nouvelle pour l'économie

la France maintient son niveau, une bonne nouvelle pour l’économie

L’université de Paris-Saclay est classé 13e dans le top 20 du classement de Shanghai 2021. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

La recherche scientifique, c’est stratégique. Prenez par exemple le vaccin contre le Covid. Des équipes américaines et allemandes l’ont mis au point, alors que la France attend encore « son » vaccin, qui devrait être produit par Sanofi.  Pour aborder les transitions numériques et écologiques, dans l’industrie ou les services, ce sont les innovations qui font et feront la différence. Et le classement de Shanghai montre que la France a conforté sa position : quatre établissements tricolores sont dans le top 100 contre cinq l’an dernier. On est ex aequo avec l’Allemagne et le Canada. Pas loin du Royaume-Uni. Mais très loin derrière les États unis, qui dominent largement cette édition 2021, avec huit universités parmi les dix meilleures mondiales, dont la prestigieuse Harvard. 

Le campus de Paris Saclay apparaît dans ce classement. Il regroupe entre autres, Paris-Sud, les écoles AgroPAris Tech et Centrale Supélec passe en 13e position, soit une petite place de mieux que l’an dernier. Surtout jamais un établissement français n’avait été aussi bien noté, et Paris-Saclay arrive en première position pour les mathématiques. Emmanuel Macron s’est réjouit dans un tweet, rappelant les 25 milliards d’euros investis en dix ans dans ce campus. 

30 universités françaises sont reconnues parmi les meilleures du monde au classement de Shanghai, dont Paris-Saclay qui passe à la 13ème place. Avec 25 milliards d’euros investis sur 10 ans, nous continuerons à faire de la France l’une des grandes Nations scientifiques !

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) August 15, 2021

Sinon, la Sorbonne arrive en 35e position, mieux que l’an dernier où elle était 39e. Et Paris Sciences et lettres au 38e rang.

Plus que les prouesses scientifiques françaises, ce sont surtout les regroupements ces dernières années des universités françaises qui ont permis de gagner des places a reconnu la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal qui s’est félicitée de cette excellence française. 

Mais tout le monde ne partage pas cet avis. On se souvient qu’en juillet dernier, la Cour des comptes fustigeait notre système : rigidités administratives, manque de moyens et quand les finances existent, selon la Cour, elles sont beaucoup trop dispersées, pour être réellement efficaces. 

A lire aussiSujets associés