AccueilEuropedes fabricants d'instruments de musique condamnés en Allemagne pour entente sur les...

des fabricants d’instruments de musique condamnés en Allemagne pour entente sur les prix

L’office anti-cartel allemand a infligé 21 millions d’euros d’amende au total à des filiales allemande de grands fabricants d’instruments de musique pour entente illicite visant à limiter la concurrence.

Article rédigé par

France Télévisions

Rédaction Culture

Publié le 05/08/2021 16:10

Mis à jour le 05/08/2021 16:19

Temps de lecture : 1 min.

Le gendarme allemand de la concurrence a annoncé jeudi 4 août avoir infligé une lourde amende à trois fabricants d’instruments de musique majeurs et des commerçants pour avoir accordé leurs violons sur les prix.

Des filiales allemandes de trois grands noms du secteur, les japonais Yamaha et Roland et l’américain Fender, deux commerces d’instruments de musique, Thomann et Music Store, ainsi que des salariés occupant des postes à responsabilité devront payer une amende d’environ 21 millions d’euros au total, a indiqué l’Office anti-cartel.

« Les fabricants et commerçants d’instruments de musique ont systématiquement et pendant des années agi de manière à limiter la concurrence sur les prix pour les consommateurs finaux », a déclaré Andreas Mundt, président de l’office, cité dans un communiqué. « Les fabricants ont pour le moins incité les principaux commerces Thomann et Music Store à ne pas vendre en dessous de prix minimum fixés, ce qu’ils ont fait dans la plupart des cas », précise-t-il.

Yamaha et Roland ont par ailleurs tous deux utilisé des logiciels de surveillance des prix de vente afin de s’assurer que les commerçants respectent les minimum convenus. L’enquête a également révélé que les commerçants incriminés ont fixé de concert des augmentations de prix sur certains produits, et ce entre décembre 2014 et avril 2018.

L’amende infligée « envoie un signal clair à l’ensemble de la branche sur le fait que des ententes sur les prix ne sont pas tolérées », a jugé le chef de l’office. L’enquête avait été ouverte en avril 2018.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien