AccueilDernière heureConflit. L’un des Afghans sous surveillance en France placé en garde à...

Conflit. L’un des Afghans sous surveillance en France placé en garde à vue

L’un des cinq Afghans sous surveillance en France après avoir été exfiltré d’Afghanistan a été placé en garde à vue, ont annoncé ce mardi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

L’homme fait partie de l’entourage « d’un Afghan qui a aidé à l’évacuation de Français, de personnes qui ont travaillé pour la France lors de l’évacuation de l’ambassade, à un moment qui était incroyablement tendu, (et) qui a probablement sauvé des vies », a précisé Gabriel Attal sur BFMTV.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

L’individu a été interpellé lundi soir après avoir rompu sa mesure individuelle de contrôle administratif et de surveillance (Micas).

Il a quitté Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, et a été interpellé dans Paris intra-muros.

Ces cinq hommes afghans, arrivés en France, avaient fait l’objet d’une « mesure individuelle de contrôle administratif et de surveillance » , prévue dans le cadre des lois antiterroristes après avoir été exfiltrés d’Afghanistan, quelques jours après le retour au pouvoir des talibans.

« Nous connaissons toutes les personnes rapatriées en France », a souligné le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.