AccueilEuropeBerlin cessera ses aides financières en cas de victoire des talibans

Berlin cessera ses aides financières en cas de victoire des talibans

« Nous ne donnerons plus le moindre centime » si la charia est rétablie et « si ce pays devient un califat », a averti le ministre Heiko Maas sur la ZDF.

Article rédigé par

Publié le 12/08/2021 11:03

Mis à jour le 12/08/2021 11:18

Temps de lecture : 1 min.

L’Allemagne cessera de verser des aides financières l’Afghanistan en cas de victoire des talibans. « Nous ne donnerons plus le moindre centime s’ils prennent le contrôle total du pouvoir, introduisent la charia et si ce pays devient un califat », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas, jeudi 12 août, dans un entretien à la ZDF (en allemand). L’Allemagne verse une somme de quelque 430 millions d’euros par an, et fait partie des dix plus importants donateurs d’aides au développement pour l’Afghanistan. Ce pays « ne peut survivre sans aide internationale », a averti le ministre.

Heiko Maas a rappelé que le retrait des troupes internationales avait été initié par les Etats-Unis. La décision « a signifié que toutes les autres forces de l’OTAN ont dû quitter le pays car aucun pays ne peut envoyer des soldats là-bas » sans une protection de l’armée américaine, a-t-il expliqué. Le ministre a également insisté sur la poursuite des négociations internationales : « Le gouvernement afghan continue de négocier avec les talibans et la communauté gouvernementale internationale y participe. C’est la seule façon de résoudre ce problème. »

Depuis plusieurs semaines, les talibans ont lancé des offensives à l’occasion du début du retrait des forces internationales. Ce dernier doit être achevé le 31 août, soit vingt ans après leur intervention pour chasser les talibans du pouvoir, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Jeudi, les talibans ont pris la ville stratégique de Ghazni, à 150 km au sud-ouest de Kaboul, et se rapprochent dangereusement de la capitale de l’Afghanistan après s’être emparés en quelques jours de l’essentiel de la moitié nord du pays.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien